Création 2013 : Faust de Rostand

Nous sommes au 16ème siècle. Le Docteur Faust est un savant renommé qui se désespère... après une vie d’études et de sacrifices, il ne sait qu’une seule chose, c’est qu’il ne sait rien...

Objet d’un pari entre Dieu et le diable, Méphistophélès, Faust va signer un pacte avec ce dernier...

Le savant rencontre alors Marguerite, une jeune fille pure et innocente. Il exige que Méphistophélès la lui obtienne...

Texte : Edmond Rostand, d’après Goethe.
Adaptation : Philippe Bulinge

Mise en scène : Maude et Philippe Bulinge

Infographie et Vidéo : Philippe Bulinge
Avec : Charlotte Michelin, Vincent Arnaud et Victor Bratovic
Durée : 2 h
Un spectacle créé et diffusé avec le soutien de la SPEDIDAM.

-------

Les vicissitudes de sa carrière ont fait qu’Edmond Rostand décida à partir de 1910 de ne plus faire jouer de nouvelles pièces. Aussi Faust resta-t-elle en partie inachevée sous la forme d'un ensemble de feuillets manuscrits.


Ces différents feuillets étant dispersés et disséminés chez les descendants de Rostand, on a longtemps cru que le travail de l'auteur de Cyrano s'était résumé à une ébauche, reprise de temps en temps, au gré de ses découragements par rapport à ses œuvres jouées.
De minutieuses recherches de la part de Philippe Bulinge, notre metteur en scène, mais aussi spécialiste reconnu de l'œuvre de Rostand, ont permis progressivement de réunir l'ensemble de ces feuillets, parfois perdus, à la Villa Arnaga - Musée Edmond Rostand, entre des factures de jardinage et des lettres de personnages célèbres complètement inconnus de nos jours... Après un long travail de déchiffrement et de collectes, il en est résulté que Faust avait une réelle existence, que l'adaptation-traduction de Rostand était prête à être publiée... cela fut fait grâce aux éditions Théâtrales en septembre 2007.

Notre metteur en scène a une connaissance intime et profonde du Faust. Spécialiste d’Edmond Rostand, il côtoie l’œuvre de l’auteur de Cyrano de Bergerac depuis plus de dix ans, initiant et participant à la renaissance des études rostandiennes. La découverte du manuscrit de Faust et sa recomposition, pas à pas, mot à mot, ont permis d’instaurer entre le chercheur et le poète un véritable dialogue.


C’est ce véritable dialogue avec Rostand qui se poursuit et s’instaure dans le travail de mise en scène et la direction des comédiens réunis. La mise en scène est ainsi le prolongement direct du travail de recomposition du manuscrit.


Philippe Bulinge, par sa connaissance approfondie de l’ensemble de l’œuvre de Rostand se met au service du poète en proposant une mise en scène ambitieuse scénographiquement mais très épurée du point de vue du jeu des comédiens pour laisser les vers de Rostand se faire entendre pour la première fois dans toute leur puissance. Il s’agit de mettre en valeur le texte de Rostand tout en recréant un univers merveilleux, sous le signe du surnaturel et de la magie, dont le metteur en scène est le Diable lui-même, Méphistophélès.
Le Faust de Rostand est directement lié à La Dernière Nuit de Don Juan, autre oeuvre posthume de Rostand, où le séducteur, grand seigneur méchant homme de Molière, est à la fin de la pièce transformé en marionnette et le montreur n’est autre que le Diable lui-même. Rostand désirait, en effet, inscrire son Faust dans une trilogie, Faust - Don Juan - Polichinelle.
La scène devient ainsi un théâtre de marionnettes moderne : un plateau vide mais avec un écran qui diffuse des images de synthèse dans lesquelles vivent deux marionnettes, Faust et Marguerite.
Faust et Marguerite se retrouvent ainsi projetés dans les illusions créées par le Diable, illusions que reproduit l’écran sur scène : le savant est poussé à faire des choix, il est mis en situation d’exprimer son libre arbitre.


Faust est donc libre de signer un pacte avec le Diable. Il est libre de se lier, il est à chaque fois le maître. Lorsque le Diable lui fait rencontrer Marguerite, il est libre de la perdre ou non. Le Diable a beau jeu de lui dire alors : «Est-ce moi qui l’ai perdue ou toi ?» Faust se retrouve donc pieds et poings liés aux... conséquences de ses choix.


Regard sur la tournée 2013 du Faust de Rostand... par pbulinge 


Extraits du Faust de Rostand par la Compagnie... par pbulinge 

Un dispositif scénique épuré

Sur scène quelques vieux livres seulement. Un pantin de bois. Une pomme.

Mais en fond de scène un écran où se projettent les mondes merveilleux de Faust produits par Méphistophélès pour tromper le savant désespéré, sous la forme d'images de synthèse réalisées grâce à DazStudio et Iclone 5.


Le Faust de Rostand - scénographie de la Mater... par pbulinge 

Le parti pris choisi pour les images est de ne pas tendre vers le photoréalisme. Il s’agit de créer des ambiances et des univers poétiques et oniriques qui dialoguent avec la poésie des vers, la soulignent et complètent les illusions créés par les mots.
Méphistophélès, qui endosse le rôle d’un metteur en scène, devient surtout la figure de l’écrivain par excellence : celui qui crée des situations pour faire réagir ses personnages.
L’esthétisme général des vidéos projetées a ainsi pour fil conducteur l’utilisation des feuillets manuscrits du Faust, pour renforcer la mise en abyme du projet de Rostand, le monde est un théâtre. Les différentes vidéos projetées sont réalisées entièrement de manière numérique grâce au logiciel Iclone 5 de Reallusion et DAZ3D. L’utilisation de ce logiciel permet également l’intégration de personnages virtuels, véritables marionnettes aux mains d’un Diable metteur en scène du pari et du pacte. De la même manière c’est un univers poétique, irréel et onirique qui environne les comédiens sur scène.

 

 

Ressources pour la page

Site consacré au spectacle

http://www.lefaustderostand.com

Dossier de présentation du spectacle

Coupures de presse des tournées 2013-2014